Passion-Usinages
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Les Loups-Garous de Thiercelieux (Edition 2021) ...
Voir le deal
7.75 €

Histoire de Ernault, Ernault Batignolles, Ernault Somua, Ernault Toyoda

Aller en bas

ernault - Histoire de Ernault, Ernault Batignolles, Ernault Somua, Ernault Toyoda Empty Histoire de Ernault, Ernault Batignolles, Ernault Somua, Ernault Toyoda

Message  TRD Mer 20 Jan 2021, 08:41

Histoire de la societe trouvee sur Wikipedia qui permet de dater approximativement des machines.

Attention cependant, selon d'autres sources Ernault et Somua auraient fusionné dès 1953. Cependant, l'historique publié par SOMAB corrobore celui de Wikipedia.




La société H. Ernault-Batignolles est constituée le 13 septembre 1934 par la société Batignolles-Châtillon et les Fonderies de Saint-Nazaire avec un capital de 1,2 million de francs. Les « Établissements Henri Ernault » font apport de leurs fabrications de tours.

La fabrication des tours (tours parallèles de précision, tours semi-automatiques) et de machines-outils est réalisée dans les ateliers de Nantes, les Fonderies de Saint-Nazaire en fournissent la matière première. En 1942, Batignolles-Châtillon lui apporte les ateliers de la rue Jacquier et de la rue d'Alésia à Paris qu'elle avait acquis en 1939.

Une usine est également implantée à Cholet en 1943.

Elle devient un département de Batignolles-Châtillon, avant de retrouver son indépendance en 1956.

En 1962, elle devient la société H. Ernault-Somua (HES) à la suite de sa fusion avec « Machine Outil Somua », tout en absorbant la Société bourbonnaise de machines-outils, puis elle devient Ernault Toyoda automation (1985).

Quant au site de Cholet, il deviendra ensuite un parc de loisirs possédant un karting électrique et des salles de football en salle.

De l'atelier Colmant à la Maison Ernault Modifier
Alexandre Colmant a créé en 1863 un tour parallèle de précision qui a retenu l'attention des arsenaux, notamment pour la conception de pièces de précision dans les fusils Chassepot. Colmant obtient une médaille d'or à l'Exposition universelle de 1867. En 1868, c'est l'invention d'une nouvelle fraiseuse universelle. Il abandonne alors le 23, rue Turgot (Paris, 9e arrondissement) pour investir le 33, rue de la Tombe-Issoire (Paris, 14e arrondissement)[1].

En 1890, l'atelier de la Tombe-Issoire se révèle à son tour exigu : la fabrication est transférée au 169, rue d'Alésia. Les commandes du Ministère de la Guerre affluent, dont la mise en fabrication du fusil Lebel[1].

Henri Ernault avait pris la direction de la maison en 1892. Il obtint en 1900 le grand prix de l'Exposition universelle. La société fonctionne avec efficacité grâce à ses huit tours parallèles de dimensions différentes. Cependant la crise de 1932-1933 secoue l'équilibre de l'entreprise[1].

De la maison Ernault à la société H. Ernault-Batignoles


Le 13 septembre 1933, l'entreprise passe sous contrôle de la société Batignoles-Châtillon, sous le nom H. Ernault-Batignoles qui restera sa marque pendant trente ans. Lors de l'insurrection de Paris en août 1944, le comité local de libération établit son siège dans les locaux de la rue d'Alésia avant d'investir la mairie de l'arrondissement. C'est pourquoi une plaque commémorative fut apposée à la porte de l'usine[2].

L'entreprise poursuit ses réalisations nouvelles par le lancement d'un tour à copier, en 1946, qui se prolonge par la création d'un tour à cycles automatiques, dit « Pilote », qui place H. Ernault-Batignoles comme fer-de-lance de la copie sur tour au niveau mondial. En 1957, l'entreprise prend le contrôle de la Société bourbonnaise de machine-outils, qui lui apporte le site de Moulins[2].

De la société H. Ernault-Batignoles à la société H. Ernault-Somua Modifier
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?
Elle absorbe[3] en 1962 la société de machine-outils Somua, possédant elle-même une tradition mécanique réputée. Les services commerciaux sont installés au 63, rue de la Boétie, et le siège social reste au 169, rue d'Alésia jusqu'en 1970. Face aux aménagements envisagés pour accompagner la progression de l'entreprise, découragés par une notification de la préfecture de la Seine en 1962, la société cède ses immeubles parisiens et s'installe à Vélizy-Villacoublay (rue de l'Europe) qui devient le siège du groupe HES.

Le groupe HES devient filiale de Jeumont-Schneider et dispose alors des sites industriels de Cholet (rue de Bourgneuf), Lisieux (rue Henry Papin), Moulins (boulevard de Nomazy), Montzeron (Toutry) et Saint-Étienne (vendu au groupe Liné en 1979[4]).

_________________
La théorie c'est quand on sait presque tout et que rien ne fonctionne.
La pratique c'est quand tout marche à merveille et que personne ne sait pourquoi.

Albert EINSTEIN

TRD
Modérateur
Modérateur

Messages : 3255
Date d'inscription : 11/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum